Kiikunlähde, Päijänne et Uitelmus, de lac en lac​

Kiikunlähde, Päijänne et Uitelmus, de lac en lac

Vendredi 17 juillet 2020. Mäntsälä, Finlande. Et hop, un autre petit tour de paddle de bon matin pour Pierre pendant que les deux petites traînent au petit déjeuner et que Capucine continue à faire l’école inlassablement. Aujourd’hui, nous nous enfonçons dans les terres finlandaises direction nord-est.

Lac de Kiikunlähde

Premier arrêt balade autour d’un petit lac turquoise. À notre arrivée, un panneau « la visite est désormais interdite, le lac a été trop fréquenté et la nature détériorée. » Ha, carrément interdite. Nous regardons autour de nous, un véhicule finlandais se gare et part s’y promener. Nous nous stationnons derrière lui, et partons quand même. Au bout du court chemin, l’accès au lac est effectivement clôturé et une petite passerelle permet de s’avancer un peu pour prendre une photo de l’eau turquoise. Bon, spot suivant.

Lac Päijänne

L’arrêt suivant sera au milieu d’une route incroyable, une langue de terre traversant un lac. Depuis notre véhicule, on peut voir à travers une bande de pins, l’eau des deux côtés. Mais pour avoir le point de vue le plus impressionnant, il faut sortir le drone.

Pour nous qui restons les pieds sur terre, ce sera pique-nique au bord de l’eau, petite baignade, sieste sous les arbres et cueillette de myrtilles. Il fait vraiment un temps estival, grand bleu et très chaud.

Verla et le lac Uitelmus

Le spot que nous avions repéré pour ce soir ne nous plaît pas, trop près de la route et l’accès à l’eau pour le paddle est compliqué. Nous avançons jusqu’au musée que nous visiterons demain où il y a un parking agréable, vue sur un lac et sur un rocher où des restes de peintures pariétales subsistent. Mauvaise surprise, ici l’accès à l’eau pourrait être facile mais il est interdit. Nous sommes à côté d’une ancienne usine fonctionnant à la force hydraulique et le barrage sur la rivière provoque un courant un peu fort. L’endroit est joli tout de même. Pierre pose notre maison ici et part explorer les chemins environnants à vélo pour voir s’il trouve mieux. L’usine est une ancienne unité de traitement du bois pour en faire du carton et du papier. Un sujet que nous n’avons pas encore étudié avec les filles. C’est un exemple d’installations industrielles rurales qui étaient très répandues en Europe du Nord et en Amérique du Nord au XIXe siècle.

Dessins pariétaux

Moi, je vais explorer cette histoire de dessins préhistoriques. De l’autre côté du bras du lac, un gros rocher plonge dans l’eau. Quelques traces rouges délavées, on distingue à peine la forme d’un animal qui subsiste. Le rocher n’est pas protégé des intempéries. Un panneau explique pourtant que ces peintures ont entre -5000 et -1000 ans et qu’un troupeau de huit rênes et trois hommes sont dessinés au doigt.

Puis je prépare le repas pendant que Capucine prépare un gâteau aux myrtilles. J’espère pouvoir coucher tout le monde tôt. Pierre revient torse nu, il a chargé dans son tee-shirt une grosse cueillette de cèpes, croisés au bord d’un chemin. Poêlée de champignons et gâteau aux myrtilles. Nous sommes bien en Finlande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *