Schonbrünn, la joie de l’impératrice Soso

Réveil en douceur ce matin. La journée d’hier a été fatigante, alors on laisse tout le monde démarrer à son rythme. Solène se raconte des histoires en chuchotant, Capucine lit, Lison dort et Pierre papote avec les voisins, un couple de retraités belges qui part vers l’est, direction l’Iran et qui lui racontent leurs trois précédentes années passées en 4×4-cellule sur les pistes d’Amérique du Sud. Malgré la douceur de ce matin-là, on réussi à démarrer à 8h45 ! Les filles ont pris le pli des obligations matinales et nous sommes peut-être mieux organisés. C’est très appréciable. Il faut dire aussi …

Lire la suite

Le baiser de Vienne

Réveillée à 6 heures par mon affreuse sonnerie « Bi-bi-rooonnnn », je saute du lit. Trop impatiente de voir ce tableau que j’affectionne, je prépare démarre doucement la journée pendant que mes marmottes terminent leur nuit. Résultat, à 8h20 nous sommes à l’arrêt de bus, record battu ! Un heure de bus-marche et nous arrivons facilement au palais du Belvédère avec les premiers touristes. Dans ce château qui regroupe une collection d’œuvre représentative de l’évolution de l’art autrichien à travers les siècles, nous voulons nous concentrer sur les tableaux de Klimt. Grâce à « l’effet-poussette », nous doublons la file de japonais car dans les …

Lire la suite

L’Abbaye d’Admont, la plus grande bibliothèque monastique du monde

Matin pluvieux. Pluvieux à l’extérieur. Pluvieux à l’intérieur. Solène nous a réveillé avec son pleur du matin « Moonnn bibirooonnnnn ». Capucine et Lison sont grognons. Et en plus, il y a toutes sortes de graines bizarres dans le pain du matin. Pour elles, c’en est trop. Elles préféraient les biscottes italiennes. Nous finirons par réussir à décoller pour nous réconcilier grâce à l’exploration du matin : Sigmund-Thun-Klimm. D’étroites gorges aménagées d’une passerelle qui permet de les parcourir perchés au dessus du torrent. Capucine est partagée entre l’amusement que procure cette installation, et la peur d’être au dessus d’un courant impressionnant. Lison, …

Lire la suite

Les marmottes du Grossglockner

A l’assaut du glacier ! Ce matin, nous démarrons tôt. Non seulement car nous avons hâte d’aller explorer ce glacier gigantesque qui est juste à côté de nous, mais aussi car la nuit a été un peu compliquée. Lison est tombée de son lit, hurlant brusquement au beau milieu de la nuit. Plus de peur que de mal, heureusement. Maintenant, elle dormira dans l’autre sens. Puis, à 7 heures, c’était au tour de Solène de nous réveiller. « Maman, e veux mon bibiron. Maaamaaannn, e veux mon bi-bi-ron ! » La semaine dernière, elle se réveillait en se chuchotant des histoires, c’était plus agréable. …

Lire la suite

La position des Edelweiss

La veille, Pierre avait repéré l’« Edelweiss Stellung » et dès le matin, il nous presse d’aller explorer ce qui est pour lui le « Sentier des Edelweiss ». Mais aux premiers pas sur ce sentier, on comprend que l’on est sur un endroit particulier, un sentier historique avec des tas de panneaux d’interprétation en Italien, traduit en allemand… Nous, on y comprend pas grand chose. Interrogeant Google, on se rend compte que « stellung » signifie « position » et qu’au lieu d’être sur un sentier romantique parsemée de jolies fleurs, nous sommes sur un ancien champs de bataille datant de la guerre 14-18 ! Il y …

Lire la suite

A la Porta Vescovo, entourés de Dolomites

Sur les conseils de nos voisins randonneurs, nous rejoignons le col de Pordoi avec pour objectif de prendre un téléphérique qui nous fait rejoindre un sommet et redescendre à pied. Nous prenons la route. Au delà des deux barrières rocheuses que nous avions admirées la veille, nous découvrons qu’il y en a bien d’autres ! A chaque vallée passée, se dévoilent à nous de nouvelles barres de Dolomites gigantesques et majestueuses. En dessous, les forêts sont d’un vert profond, les prairies parfaitement entretenues et les habitations, des chalets en bois ou peints sont d’un charme fou. Nous sommes en plein Tirol. …

Lire la suite

« Matilda »

Dans cette nouvelle rubrique, vous y trouverez les lectures de Capucine que l’on peut faire en capucine. Encouragez-là ! Roald Dahl, éditions Folio Junior. Illustré par Quentin Blake. Matilda est une sacrée dévoreuse de livres, un peu comme moi ! Chaque jour, elle va à la bibliothèque et lit. A l’école, elle est surdouée. A un an et demi, elle utilisait un peu les mêmes mots qu’un adulte. A deux ans, elle déchiffrait les journaux de son père. A trois ans, elle lisait des livres pour adultes. En classe, à cinq ans, tout était facile pour elle. La directrice, madame Legourdin …

Lire la suite

L’incroyable bleu du Karersee

Le Karersee est un de ces lacs d’un bleu incroyable que l’on voit régulièrement sur Instagram. Est-il bien réel ? La veille, nous avions repéré une marée de touristes congestionner le parking qui permet de s’y rendre. Nous, de notre petit coin de forêt à l’écart, nous pouvons le rejoindre à pied en suivant un sentier balisé. Ça sera parfait. Au réveil, nous découvrons qu’une camionnette jaune s’est installée à côté de nous. Des aveyronnais ! Pierre est notre ambassadeur en chef. C’est toujours lui qui va en premier vers les autres campeurs et entame la conversation. Nous nous amusons de la …

Lire la suite

On a vaincu le Stelvio !

Au réveil, je tends les maillots de bains aux filles. « Habillez-vous, on va se baigner ! Où ça ? Vous verrez ! On va à la piscine ? A la plage ? Dans un lac ? Non ? On a roulé jusqu’à la mer ?!! Non, on va essayer de se baigner dans une rivière chaude, je ne connais pas, on va explorer ça ». Avec un réveil comme ça, les filles ont mis le turbo pour se préparer. Nous rejoignons l’endroit de bon matin, rien n’est indiqué. Soit c’est un coin magique que les locaux se gardent que pour eux. Soit ce n’est pas du tout praticable. …

Lire la suite

La Bernina, jusqu’au glacier

Hier soir, on avait dit en rigolant « Tu vois là haut le glacier ? On y va demain ? ». Mais les filles n’avaient pas compris la blague et, surmotivées, nous avions parlé de ce projet toute la soirée. Face à nous, cette double langue de glace nous faisait des grimaces, comme pour nous lancer le défi. L’observant, nous avons étudié l’itinéraire, « Par là c’est trop pentu, il faut peut-être l’attaquer plutôt comme ça. Tu vois le rocher, peut-être qu’en passant derrière c’est possible ? ». Au matin, la motivation était toujours active et nous sommes partis de bonne heure. Moi je ne croyais pas …

Lire la suite