Tallinn la créative

Tallinn la créative

Mercredi 15 juillet 2020. Tallinn, Estonie. Oui, bon. Plus le soleil se couche tard, plus on se couche tard. Et plus on se couche tard, plus on se réveille tard. C’est comme ça. Et c’est terrible. Je n’ose regarder l’heure mais le soleil tape sur la capucine pour nous dire de sortir de là. Oké oké, on se lève.

En face, chez les voisins, c’est un peu pareil. Nous avons du mal à démarrer ce matin et puis en même temps, nous nous plongeons dans la compréhension des règles de transit en Finlande. Nous sommes aujourd’hui le 15 juillet. Et le pays avait annoncé la fermeture de ses frontières jusqu’au 14. Qu’en est-il aujourd’hui ? Les français peuvent-ils y aller ? Les informations que nous trouvons ne sont pas très claires. D’une part les citoyens français ne sont pas dans la liste des personnes pouvant entrer dans le pays. Mais d’autre part, il est écrit sur un site officiel finlandais qu’il n’y a pas de contrôle aux frontières portuaires Estonie-Finlande « neverless the nationality« . Nos voisins breton avaient également eu l’ambassade de France à Helsinki récemment qui avait été tout aussi peu claire, s’attachant à affirmer seulement qu’il n’y avait pas de contrôle aux frontières. On n’y va ? On n’y va pas ? Allez, soyons fous on tente. Je regarde les prix des billets, mon Dieu, ils sont moitié prix par rapport à ce que l’on avait regardé la première fois ! 150 € au lieu de 300, peut-être est-ce parce que je regarde les départ pour ce soir ? Là, il n’y a plus à hésiter, nous réservons. Départ de Tallinn aujourd’hui 18h30, arrivée à Helsinki à 21h. Waouhh, un rêve qui devient réalité. Il ne restera plus qu’à passer la douane, s’il y en a une ?

Antiquités

Le programme de la journée est simple, aller traîner nos savates dans le quartier branché de la ville, plusieurs entrepôts réaménagés en marché, petits restaurants, et surtout immenses magasins de seconde main. Les Vertvanlife sont de grands passionnés de chine et d’objets vintage, mais nous aussi nous adorons dégoter quelques objets pas chers et leur donner une seconde vie. Comme ce petit sac à main, en cuir et à franges, 4€. J’avais perdu le mien aux thermes de Rupite en Bulgarie, trop heureuse d’en retrouver un pile poil à la taille de mon carnet de dessin. Capucine en profite pour réapprovisionner sa garde-robe, son tiroir d’habit se vide progressivement de fringues trop petites ou usées-déchirées-recoussues-redéchirées. 1€ l’article, je la laisse faire ses choix. Et quelques jolis badges anciens pour le plaisir. Voilà une activité non-culturelle bien agréable, quoi que. Dans un recoin d’antiquaire, nous trouvons une incroyable collection d’habits militaires, casques, uniformes, masques à gaz. Une manière de toucher l’histoire avec les mains et de la porter sur le tête. Qu’ont pu vivre tous ces objets ? Plus loin, nous retrouvons plusieurs objets que nous avions vus au musée. Chopes de bière en bois, tissus brodés, vielles dentelles.

Faire une Tallinn nouvelle avec l'ancienne

Un sandwich avalé sur un vieux canapé. Une énorme barquette de fraises à croquer juste comme ça. Encore quelques courses et nous partons explorer le quartier. « Creativ city ». Les hangars sont entourés maintenant de jolies terrasses. Les rails du train restent au sol mais ce sont nos pieds qui les foulent maintenant. Telliskivi est un ancien site industriel soviétique devenu haut lieu artistique estonien. Les bâtiments ont été construits en 1869 lors de l’installation des lignes de chemins de fer reliant Saint-Pétersbourg et Tallinn. Les Soviétiques souhaitaient en effet profiter de l’abondance des forêts estoniennes pour produire plus vite et à moindre coût. Les usines fabriquaient des rails, des locomotives et des transformateurs. Telliskivi est à l’époque un lieu où seuls les autorités et travailleurs peuvent pénétrer. Lors de la chute de l’URSS en 1991, les usines sont vendues. Et c’est depuis 2009, que le quartier est devenu le centre névralgique de la création artistique estonienne.

A bientôt les Vertvanlife

Mais arrive l’heure de prendre notre bateau. Et de se quitter, après plus de deux semaines de voyage ensemble. Voyager à deux familles n’a pas la même saveur. Bien sûr il faut s’adapter, faire des concessions, avoir un autre rythme. Mais permettre aux enfants de jouer ensemble, avoir entre adultes des discussions d’adultes, partager tous ces moments forts avec des amis, rire ensemble… Tout ça nous a fait du bien. Et nous serons contents de retrouver notre vie à cinq, notre petite harmonie familiale, notre aventure à nous. Séparation triste pour les enfants qui n’ont pas perdu une minute de notre temps ensemble pour jouer, jouer et jouer. L’enfance.

Retour à l’Emile-Pat. Plein d’essence. Terminal A. Nous étions littéralement garés à côté depuis deux jours. C’est vrai que nous entendions les ferry quitter le port en klaxonnant. Arrivée à l’embarquement, problème. Nous n’avons pas réservé dans la bonne catégorie de véhicule, nous pouvons embarquer mais moyennant un extra de 150 euros. Ha, c’était ça le prix incroyable annoncé ce matin. Ok, nous payons puisque c’est le bon prix. Mais vérifications faites, nous n’avons pas fait d’erreur de réservation, c’est la plateforme intermédiaire qui a fait une erreur. Donc nous ferons évidemment une réclamation. Nous embarquons. La douane est à Helsinki. Pique-nique et jeux dans nos sacs, nous laissons le camion dans la cale et montons regarder la ville s’éloigner. Au revoir Tallinn. Au revoir les amis. À bientôt ! En face, Séverine nous envoie la photo de notre bateau qui s’en va.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *