La tribu des aventuriers

La tribu des aventuriers

24 août 2018. Sixtine en parlant de Pierre : « Maman, j’ai de la chance d’avoir un parrain aventurier ?! C’est pas tout le monde qui a un parrain qui est un vrai aventurier ! » Pendant ces deux jours, Thirion et Carayol avons échangé un enfant. Capucine est partie dormir deux nuit chez sa marraine et avec sa copine Azalaïs. Et Sixtine est venue deux nuits vivre l’aventure dans le Camping-car de son parrain.

Aujourd’hui, nous avions prévu une journée à la rivière, ou une sortie à la Citadelle de Besançon, ou alors au parc des Maison Comtoises,… Nous avions plein d’idées mais la météo nous a refroidi. Flûte, après tant de jours de chaleur, la pluie s’installe à Besançon pour la journée. Que faire avec 7 enfants si on ne peut pas sortir dehors ?… Hé bien mettre les k-way et ouste dehors ! 

Les collines de Besançon

Stéphane nous guide dans les collines bisontines qu’il connaît bien. Nous nous stationnons à côté d’un groupe d’ânes qui se chamaillent. Des vrais ânes, je ne parle pas là de nos enfants. Évidemment, ces animaux nous font l’animation tellement il est impressionnant d’entendre des ânes braire. Nous pique-niquons avec eux en passant entre les gouttes de pluie. Puis, l’ascension commence doucement. Étonnement, nos enfants montent sans trop s’arrêter à chaque caillou. Avec des bâtons qui se transforment instantanément en épées, ils s’embarquent dans des histoires de chevaliers, de dragons et de royaumes à défendre. Stéphane étant militaire, « faire la guerre » est un jeu banal pour ses filles. Auxence, le petit dernier (pas encore 3 ans) n’est pas en reste. « Papa, écoute, y’a un dragon là ! Moi, je vais tuer le dragon ! Et le château, on va le faire exploser ! » Les collines bisontines s’égrainent le long de la vallée du Doubs et bordent le Massif du Jura. Historiquement, elles étaient exploitées par des vignerons, on voit des vestiges de terrasses, des cabordes (petites cabanes en pierres) et des murgères (murets en pierres). L’exploitation de la vigne a disparu à cause de l’urbanisation, du phylloxéra et des guerres, gourmandes en effectif humain.

En haut de la colline, nous, adultes, nous nous régalons d’apprécier la vue et de décrypter le paysage. Nos chevaliers (6 filles, 1 garçon je précise), s’extasient d’un tas de cailloux qu’ils exploitent immédiatement : Ils les cassent, construisent des cairns, des tours et des murailles. Ils sont beaux tous ensemble dans leur pays imaginaire. Au retour, ils croisent un serpent géant qui les embarque sur l’île des pirates pour leur faire rejoindre leur vaisseau spatial.

Quelle bonne journée ! Elle se finira autour d’un repas de fête : un bol de « pâtes au thon » pour nos pirates. Et pour les adultes, des sushi maison faits des mains expertes de Stéphane. Un vrai voyage pour nous !

Commentaires

  1. éric clément a dit :

    Oui, quelle troupe ! Impressionant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *