La mer du Nord et le château tournesol

La mer du Nord et le château tournesol

Mardi 16 juillet 2019. J16. La mer du Nord, tant attendue des enfants, est notre dernière étape belge. A Knokke, derrière une rangée d’immeubles et derrière une petite dune herbeuse, nous la trouvons enfin, étendue de tout son long entre les Pays-Bas d’un côté et le port industriel de Zeebruge de l’autre. Au loin, les cargos jouent les équilibristes sur le fil de l’horizon. Une simple grande plage à marée basse, mais il n’en faut pas plus pour combler de bonheur des enfants.

La pelle du large

Ce matin nous avons du résoudre un énorme problème : L’Emile-Pat avait dans sa soute 3 pelles, une grande et deux petites… Comment les partager entre 3 sœurs ? Ce fut le sujet d’une crise et d’un long processus de résolution de conflit (il en faut de la patience…) qui avait abouti, pour une fois et non sans peine, à la résignation de Lison. Arrivés à la plage, comme par magie, la douloureuse crise s’est envolée en un quart de seconde et nos trois monstres se partageaient pelles et sceau en fonction de leurs projets de constructions. Magie de la plage.

Capucine à l’initiative. Lison suivant enjouée les directives de sa grande sœur. Et Solène se mettant à part pour explorer à son rythme cet environnement qui reste quand même un peu nouveau pour elle. Avec Pierre, elles ont passé toute la matinée les mains dans le sable. Et moi, magie de la plage, j’ai passé tout ce temps à vaquer tranquillement à mes occupations, photo, écriture, et aussi à ne rien faire, juste les regarder jouer ensemble. Et au bout de plusieurs heures de travail mené par Papa, un beau château immense, en forme de tournesol, voit le jour. Je prépare le drone. Il faut bien ça pour immortaliser l’œuvre.

Et croyez-vous que la mer du Nord est trop froide pour se baigner ? Absolument pas pour nos belles aventurières. À midi, l’épaisse couverture nuageuse se dissipe et je les autorise à tenter l’expérience. Visiblement très froide, à force d’enthousiasme et d’inconscience, elles arrivent à vraincre les vagues et à se mouiller complètement. 

Puis, en début d’après-midi nous décidons de longer la plage en direction des Pays-Bas et de l’estuaire de Zwin, une réserve naturelle surnommée « l’aéroport international des oiseaux ». Mais il faudra tellement de temps pour remonter cette plage tout en s’arrêtant à chaque coquillage ou beau cailloux, que nous n’arriverons pas au bout ! Il est l’heure de rentrer. Aurélie et Simon nous attendent pour manger ce soir chez eux près de Lille, à une heure d’ici.

Voir la famille

Un tour d’Europe ne nous laisse aucune excuse pour ne pas voir sa famille que l’on trouve toujours trop loin. Il y a trois ans nous avions promis d’aller voir Aurélie la cousine et Simon son époux chez eux à Lille. Promesse (bien) tenue !

Quelques bières, un air d’accordéon et un barbecue accompagneront une longue soirée de discussions. C’est la première fois que nous venons les voir chez eux et cela nous fait plaisir de découvrir leur univers. Ils se sont installés dans une petite maison typique de ch’nord qu’ils prennent plaisir à nous faire visiter.

Mercredi, journée services

Mercredi 17 juillet 2019. J17. Aurélie et Simon sont partis travailler et nous ont laissé les clefs. Le programme de la journée n’est absolument pas intéressant mais il sera utile et finalement agréable : douches, linge, aspirateur, courses, service, gaz, et poste. 15 jours d’une famille de 5, c’est 60 petites culottes et plus d’une centaine de chaussettes à laver, puis rassembler et plier,… Merci la machine à laver ! Aurélie nous a recommandé de faire nos courses à O’Tera, un magasin qui fait beaucoup de circuits courts. Quelle bonne idée ! Enfin je retrouve un peu mes habitudes et les produits simples que l’on aime, avec un minimum d’emballages. Je fais le plein de bons produits, de fruits, de légumes, de fromages… Avant d’entrer en Angleterre, c’est peut-être une bonne idée.

Ce soir, nous dormons à Sangatte, entre la route et la dune. L’endroit ne fait pas rêver tant qu’on n’accède pas à la plage de l’autre côté de la dune. Nous sommes face à l’Angleterre que nous distinguons à peine au loin. Le soleil fait scintiller la mer. Les cargos et ferries se croisent, on en compte dix. Demain nous traversons. Nous traversons dans L’Emile-Pat’, sur un train, sous la mer. Le voyage devient magique.

Comments

  1. JB says:

    Bonsoir les voyageurs!

    Je viens de tomber sur votre site. Je pense, mais je ne suis pas sûr que nous avons vu votre camping car à Toulouse à coté du théâtre Garonne.
    Juste un petit mail pour vous dire que le site est sympa.
    Nous sommes avec un petit bout de 2 ans et en tour d’Europe en camping car à Lake District.
    A+
    Eliott, Marie et JB

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *