Les Highland games de l’île de Skye

Les Highland games de l'île de Skye

Mercredi 7 août 2019. J38. Portree, île de Skye, Ecosse. Une journée entière, assis par terre sous une petite pluie intermittente, pour voir des hommes en jupe lancer toutes sortes de choses : boules, boulets, marteaux, poids et tronc d’arbre. Nous l’avons fait !

Les Highland games de l’île de Skye ressemblaient à un RDV majeur pour les gens d’ici. 142 ans qu’ils se déroulent ici chaque année. Un monde fou s’est rassemblé autour des arènes de Portree pour regarder les athlètes. En même temps que les lancés de choses lourdes, il y avait aussi des coureurs, des sauteurs en hauteur, en longueur et une compétition de danse traditionnelle, la scottish dance. Beaucoup de choses à regarder en même temps, habilement enchaînées pour que les petites danseuses ne se prennent pas un poids sur la tête. D’ailleurs, l’escalier de leur scène s’est fait fendre en deux sous l’attaque d’un marteau. Arrivé le moment tant attendu du lancé de tronc d’arbre, le présentateur prévient le public : « c’est un exercice difficile, ne lâchez jamais le tronc des yeux et écartez-vous s’il penche en votre direction ». Ils sont fous ces écossais. Nous, nous étions suffisamment loins pour ne pas se prendre un tronc ; mais plus tôt, un marteau avait atterri à 3 mètres de nous. Un peu peur tout de même. Le lancer de tronc consiste d’abord à porter le tronc, 5 à 6 mètres de hauteur, dans ses mains et contre son épaule, et quand l’équilibre est trouvé, il faut courir avec pour lui donner de la vitesse et quand il tombe, lui donner l’impulsion pour que le côté que le lancer tient dans ses mains fasse un demi cercle entier. Impressionnant. Deux molosses seulement y sont arrivés, car en plus d’avoir des muscles, il s’agit surtout d’avoir la bonne technique. Moi, je les imagine le week-end dans leur jardin à s’entraîner à jeter des tronc… Parmi les musclors, des américains, des tchèques, un polonais des autrichiens et un viking californien. Mais pas d’écossais ! Par contre, ce qui est amusant, c’est que tout ce beau monde doit concourir en kilt !

Mais franchement, rester assis toute une journée sous la pluie, petite pluie mais pluie quand même, à regarder des gros bébés faire les stars, pour nous aussi ça a été un exploit ! Et j’avoue, nous n’avons pas tenu sans bouger. Une lessive-sieste pour moi, un séchage-sieste pour Pierre qui a pris mon relais. Seule Lison est restée passionnée du matin au soir. Et grâce à elle qui m’a forcée à rester jusqu’au bout, nous avons pu voir le lancer de tronc et le tir à la corde qui sont les clous des games. 

Sans elle, j’aurais craqué avant. Faut dire qu’elle s’était fait des amies. Là où nous étions assis, nous étions quasiment qu’entre français. Lison s’est liée d’amitié avec 3 sœurs de 7, 9 et 12 ans. Et nous aussi ensuite. Des nantais encore, des maraîchers qui voyagent avec leurs cageots de légumes… la chance. Ils étaient garés à côté de nous sur le petit parking. Alors à l’heure où nous, parents, nous voulions prendre la route, les 6 filles jouaient dans le petit espace vert à côté. Impossible de partir…

Suite du programme sur l'île de Skye

Ce matin nous avions discuté avec un sympathique boulanger qui vendait de bons pains et pains fourrés, aux games. Tous mous, mais vrais pains. Nous avons fait le stock. Le boulanger nous a lui aussi recommandé de ne pas aller à Neist point. Trop de monde. C’est le deuxième qui nous conseille d’éviter… Alors on écoute le local. On ne fera pas les incontournables de Skye, ce soir, nous nous dirigeons au fond d’une route en cul de sac sur une péninsule de l’ouest que l’on espère moins fréquentée. Nous serons face aux fameuses Cuillings. Nous nous stationnons au fond d’une route defoncée, sur un herbage face à la mer avec 5 autres véhicules habitables… C’est encore beaucoup. Mais hormis les voisins, le spot est merveilleux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *