Vilnius et ses constitutions

Vilnius et ses constitutions

Vendredi 3 juillet 2020. Réveil au soleil et préparation rapide. À 9h nous démarrons les camions pour aller en ville. « Il est si tôt ? ». Incroyable. Un parking bien situé, un horodateur qui ne marche pas. Rien à payer. Nous commençons notre journée par visiter la République d’Užupis. La quoi ? Quelle étrange histoire…

La République d'Užupis

Réfugiée dans une boucle de la rivière Vilnia, c’est l’une des plus vieilles « banlieues » de Vilnius. Ce fut longtemps un fief d’artisans, surtout de tisserands car l’on pouvait y installer des moulins à eau. Village totalement négligé pendant l’ère soviétique, les conditions de vie s’y sont dégradées, et derrière d’anciens palais, les familles devaient se partager le seul robinet de la cour. 

Une convivialité de voisinage est née, qui n’a pas échappé, après l’indépendance, aux artistes et aux marginaux qui trouvèrent ici de petits loyers et de bonnes vibrations pour alimenter leur créativité. Plus tard, des bobos argentés y saisirent l’occasion d’acheter des maisons à bas prix pour les rénover et s’y installer. Et puis il y a eu ce 1er avril 2000, où une poignée d’habitants décidèrent de fonder la République d’Užupis et de se séparer de Vilnius. Une constitution fut édictée.

Le premier article donne le ton. « L’Homme a le droit de vivre près de la petite rivière Vilnalé et la Vilnalé a le droit de couler près de l’homme ». Puis l’on déclare que les gens ont le droit de faire des erreurs. D’aimer. De ne pas être aimé mais ce n’est pas une obligation. D’être paresseux. De partager ce qu’ils ont. Mais qu’ils n’ont pas le droit de partager ce qu’ils n’ont pas. L’Homme a le droit de douter, mais ce n’est pas obligé. L’Homme a le droit de comprendre. L’Homme a le droit de ne rien comprendre du tout. L’Homme a le droit d’être heureux. Il a le droit d’apprécier sa petitesse et sa grandeur. La démocratie par le rire. L’union par la dérision.

La Constitution d'Užupis

1. L’Homme a le droit de vivre près de la petite rivière Vilnia et la Vilnia a le droit de couler près de l’Homme

2. L’Homme a le droit à l’eau chaude, au chauffage durant les mois d’hiver et à un toit de tuile

3. L’Homme a le droit de mourir, mais ce n’est pas un devoir

4. L’Homme a le droit de faire des erreurs

5. L’Homme a le droit d’être unique

6. L’Homme a le droit d’aimer

7. L’Homme a le droit de ne pas être aimé, mais pas nécessairement

8. L’Homme a le droit d’être ni remarquable ni célèbre

9. L’Homme a le droit de paresser ou de ne rien faire du tout

10. L’Homme a le droit d’aimer le chat et de le protéger

11. L’Homme a le droit de prendre soin du chien jusqu’à ce que la mort les sépare

12. Le chien a le droit d’être chien

13. Le chat a le droit de ne pas aimer son maitre mais doit le soutenir dans les moments difficiles

14. L’Homme a le droit, parfois de ne pas savoir qu’il a des devoirs

15. L’Homme a le droit de douter, mais ce n’est pas obligé

16. L’Homme a le droit d’être heureux

17. L’Homme a le droit d’être malheureux

18. L’Homme a le droit de se taire

19. L’Homme a le droit de croire

20. L’Homme n’a pas le droit d’être violent

 

21. L’Homme a le droit d’apprécier sa propre petitesse et sa grandeur

22. L’Homme n’a pas le droit d’avoir des vues sur l’éternité

23. L’Homme a le droit de comprendre

24. L’Homme a le droit de ne rien comprendre du tout

25. L’Homme a le droit d’être d’une nationalité différente

26. L’Homme a le droit de fêter ou de ne pas fêter son anniversaire

27. L’Homme devrait se souvenir de son nom

28. L’Homme peut partager ce qu’il possède

29. L’Homme ne peut pas partager ce qu’il ne possède pas

30. L’Homme a le droit d’avoir des frères, des sœurs et des parents

31. L’Homme peut être indépendant

32. L’Homme est responsable de sa Liberté

33. L’Homme a le droit de pleurer

34. L’Homme a le droit d’être incompris

35. L’Homme n’a pas le droit d’en rendre un autre coupable

36. L’Homme a le droit d’être un individu

37. L’Homme a le droit de n’avoir aucun droit

38. L’Homme a le droit de ne pas avoir peur

39. Ne conquiers pas

40. Ne te protège pas

41. N’abandonne jamais

Gediminas, grand duc fondateur

Mais il est à peine dix heures et le quartier est encore bien endormi. Aucune boutique, aucune galerie d’art n’est encore ouverte. Nous quittons la République d’Užupis rapidement pour entrer dans le centre historique de Vilnius. Un arrêt devant la très belle église Sainte Anne à la façade toute en briques. Gothique et briques rouges. Fermée. Un arrêt autre devant la cathédrale. Un tout autre style, on dirait un temple grec. Quelle idée d’avoir choisi une telle architecture. À la lecture de son histoire, la Cathédrale a été détruite et reconstruite entièrement où partiellement près d’une dizaine de fois. Plus loin, les restes du château de Gediminas, une tour et une forteresse rénovée au sommet d’un petit promontoire. Montons. Panorama. La tour de Gediminas est la seule partie restante du château de Vilnius. Gediminas, duc du Grand-duché de Lituanie, fonde Vilnius et en fait, en 1323, la capitale du pays. Les premières fortifications furent construites en bois et le château fut achevée plus tard, en 1409, par Vytautas le Grand. Durant son règne, Gediminas fait de son pays un État très puissant. Il annexe le duché de Loutsk, fonde la ville de Białystok (aujourd’hui en Pologne) et obtient une première victoire sur les Chevaliers teutoniques. Il commence également des négociations avec la papauté d’Avignon pour une conversion de la Lituanie au christianisme.

À son âge d’or, au tournant du XV ème siècle, le grand-duché de Lituanie s’étendait des côtes de la mer Baltique aux rives de la mer Noire. Ses dimensions faisaient de lui l’un des État les plus vastes de l’Europe à son époque. Sa particularité résidait dans sa forme politique, une grande fédération médiévale, un État pluriethnique regroupant des polonais et des ruthènes, où les minorités étaient respectées et où chaque territoire était doté d’une grande autonomie. Les statuts de la Lituanie de l’époque peuvent être considérés comme la première constitution de l’Europe.

La voie Balte, expression de la démocratie directe

À l’intérieur de la tour, une exposition sur l’histoire de la ville et notamment sur l’épisode de la voie Balte, cette chaîne humaine allant de Vilnius en Lituanie à Tallinn en Estonie, en passant par Riga en Lettonie. Le 23 août 1989, 2 millions de personnes, soit un tiers de la population, se sont donnés la main sur 687 km de distance pour demander l’indépendance des pays Baltes alors sous domination soviétique depuis leur annexion illégale par l’URSS en juin 1940.

La visite du château de Gediminas se termine par un concert, musique classique et traditionnelle, que nous prenons plaisir à écouter alors que midi est déjà largement dépassé. Notre arrêt restaurant sera très attendu des enfants, nous choisirons précisément un établissement proposant des plats traditionnels pour terminer en beauté notre visite culturelle.

Une heure de route. Un chemin de terre s’enfonce dans une forêt. Au bout, il paraît qu’il y a un spot sympa, près du lac de Siesartis. Mais d’abord, il faut arriver à passer, les branches sont basses, la capucine les pousse. Jusqu’à qu’il y ait un arbre, un arbre en travers du chemin, pas complètement tombé, juste penché. Ça passe ? Nous avançons doucement. Il faut que ça passe sinon nous allons devoir refaire tout le chemin en marche arrière. Je sors pour guider Pierre, oui, ça peut passer. Le chauffeur s’y reprend à deux fois, et y arrive. Ouf. Mais nous n’irons pas plus loin. Oui, l’endroit est très sympathique. D’ailleurs, il est visiblement très apprécié des lituaniens qui sont venus s’installer ici par dizaines. Nous sommes vendredi. Le week-end au bord du lac s’annonce drôlement sympa. Nous trouvons à nous installer sur le dernier emplacement libre, nous avons de la chance. Demain, nous essaierons le paddle sur le lac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *