Cap Cap Cerbère

Cap Cap Cerbère

13 août 2017. Planqués dans notre vaisseau de l’espace, nous découvrons chaque matin où il nous a déposé.
Samedi, jour du départ de Rodez, nous avons essayé de rouler jusqu’au Cap Cerbère que nous avons atteint une fois la nuit bien installée. Le matin fut magique. Seuls postés sur ce bout du monde, point le plus à l’est des Pyrénées, cachés dans notre capucine, nous regardions tous les 5 le soleil se lever et le paysage se révéler.

Le Cap Cerbère est un bout de montagne aride dont les pieds tombent dans la mer. Après un petit dej’ partagé à la petite table de notre petit camping-car, nous partions pour une découverte des alentours, aquarelle sous le bras.

Le rocher est escarpé, mais pas inaccessible. Maman entraîne sa troupe dans quelques mètres de descente à flanc de rocher pour accéder à un replat. Capucine est craintive, Lison me fait confiance, Pierre ferme la marche Solène dans les bras. Là, plus de route derrière nous, nous nous retrouvons vraiment tous seuls face à l’immensité de la mer. L’endroit est cependant pas mal fréquenté par les plaisanciers que nous observons avec curiosité : bateaux à voile, navettes à moteurs, petites barques, petit bateau de pêche,… Et juste à notre droite, l’Espagne.

 

 

La flore interpelle particulièrement Capucine, qui, dans ce décor de roches, de mer et de ciel à couper le souffle, choisit de peindre une belle ombellifère. Why not ? Nous ramènerons plusieurs espèces pour commencer notre herbier, dont un petit bout de cactus qui nous laissera des épines invisibles plein les doigts…

De retour au Cc, étape « obligatoire », il nous faut conclure le point de départ est de notre road-trip par : une baignade en méditerranée ! Direction la plage de Cerbère. Il fait chaud, l’eau est froide et les cailloux attirent, comme d’habitude, toute l’attention des enfants. Solène, cul-nu les pieds dans l’eau, affrontant les vaguelettes avec un équilibre époustouflant, passera tout son temps à déposer des cailloux dans ma main pour ensuite les faire tomber dans l’eau. Plus loin, Capucine et Lison sont attirées par un ado qui sort de l’eau un poulpe qu’il vient d’attraper à l’épuisette. Pique-nique sur la plage puis sieste dans le Cc pendant la transfert de la troupe vers notre prochaine étape : Ille-sur-Têt, ses orgues et ses colonnes de fées.

Commentaires

  1. Éric Clément a dit :

    Joli récit, qui me rappellent de beaux lever de soleil en camping avec mes parents. Oui c’est de moments qui marquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *