Florence la rose

Florence la rose

Samedi 4 janvier 2020. J188. Deuxième jour à Florence. Au programme : l’ascension du Duomo. Tout le monde commence évidemment la journée enthousiaste. Et puis le temps est à la brume. La météo me confirme que demain, il fera beau. Changement de programme. Nous irons demain. Nous flânons donc, le nez au vent, sur qu’une belle journée va tout de même se dérouler.

Chez l'apothicaire

Nous visitons d’abord une herboristerie antique. Une vraie boutique dans l’écrin d’un bel intérieur renaissance. Rien de particulier à acheter, nous nous arrêtons devant l’exposition de vielles machines destinées à broyer les herbes, compacter les savons, distiller les plantes. Une découverte pour les filles. Puis les premiers grognements de Solène nous rappellent qu’il est déjà l’heure de manger. Je teste une nouvelle application pour trouver un restaurant : Slow Food, cette organisation italienne qui promeut une alimentation locale et en lien direct avec les producteurs. Et bien nous validons. Nous trouvons un chouette restaurant, plats simples et locaux, abordable et kids-friendly. Nous nous régalons d’un minestrone et d’un risotto. Pourquoi n’ai-je pas utilisé cette application plus tôt ! 

La cathédrale Santa Maria del Fiore

Après la pause, la brume qui recouvrait la ville s’est levée ! Changement de programme. Nous nous installons dans la file d’attente qui nous donnera l’accès à la Cathédrale Santa Maria del Fiore et au Duomo. Encore une longue file mais qui avance vite. À l’intérieur de la Cathédrale, impression de vide. La décoration est d’une sobriété déconcertante. L’Italie ne nous avait pas habitué à cela. Sous la voûte, « Le jugement dernier » de Vasari est là. Nous l’observons un moment mais c’est tellement haut, et il n’ y a  aucun siège pour se poser et regarder. Impossible de la voir vraiment, nous passons vite. Pour le Duomo ? Les prochaines visites seront mercredi prochain, il faut réserver et revenir. Pour le Campanile, il faut refaire une longue file d’attente. Nous n’avons pas envie. Nous sortons. La Cathédrale de Florence est plus belle de l’extérieur que de l’intérieur. 

Le belvédère

Changement de programme, encore. Allons au belvédère et profitons de la vue sur les toits de la ville au coucher du soleil. J’accélère le rythme, tout le monde suit, nous avons vingt minutes de marche à travers la ville. Nous traversons le Ponte Vecchio et ses boutiques de bijoux. Nous grimpons la colline. Nous nous frayons un passage dans la foule. Nous voilà, tous les cinq, face à Florence alors que le ciel se met doucement à rosir. Que c’est beau ! Quelques photos, mais surtout, quelques croquis. La brume, la lumière douce, le fleuve devant, la montagne derrière, la mer de toits, les clochers et les tours, et le Duomo qui flotte dans ce décor. Finalement, c’est d’ici qu’il est le plus beau.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *