Bloup, les volcans de boue

Bloup, les volcans de boue

Mercredi 10 juin 2020. Vintilă-Vodă, Roumanie. Matin tranquille. Nous aimons bien cette place de village, nous observons la vie dérouler tranquillement ses activités, le livreur de la supérette, trois charettes, le chantier dans la maison d’en face, la mamie qui vient voir ses chèvres à côté… Nous aussi nous vaquons à nos activités ce matin, car nous sommes à trente minutes seulement de notre visite du jour, et quelle visite ! Nous atteignons enfin les tant espérés volcans de boue, ceux que nous aurions dû visiter le 25 mars, premier jour du confinement en Roumanie, jour où nous avions rejoins en urgence notre refuge de Snagov. Mais pour l’instant, nous continuons tranquillement à faire disparaître cette poussière qui s’est introduite jusqu’à l’intérieur du tiroir de la cuisine, tout en faisant l’école, en poursuivant les inscriptions à l’école, de musique cette fois, en remplissant les réservoirs d’eau et en terminant la fabrication de sirop de fleurs de sapin.

Les volcans de Berca

Les volcans de boue de la région de Berca ont été remarqué pour la première fois en 1867 par un français, H. Cognand, à l’occasion de prospections pétrolières. Les volcans de boue sont assez rares, il en existe 500 sur la planète, dont la moitié sont situés en Azerbaïdjan. Ici, dans les montagnes subcarpatiques de Buzău, il y a quatre zones de volcans. Ils apparaissent dans des conditions précises d’activité souterraine, parfois un séisme ou un glissement de terrain peut faire surgir un volcan de boue en une nuit. Le site de Berca est très bien fait et explique comment se forment ces volcans. Une couche sédimentaire de sel en profondeur cherche à remonter à la surface, le sel cherche toujours à remonter à la surface, c’est sa propriété. 

Le sel pousse et fragmente une couche de roche poreuse pleine de gaz et de pétrole, puis une couche d’argile, puis une couche de roche poreuse pleine d’eau, et voilà, vous avez tous les ingrédients pour faire apparaître à la surface un volcan de boue. Attention, même si la boue ressemble dangereusement à du chocolat fondu, interdiction de toucher, le mélange peut irriter la peau !

Nous voilà explorant l’endroit émerveillés comme si nous étions sur la lune. Chaque cratère a son bloup-bloup de bulles de boue (ou gloup-gloup si vous préférez), grosses bulles, petites bulles, certains dégoulinent en petites vagues. Les éruptions sont minuscules et permanentes. C’est génial à observer. Ce sont de vrais mini-volcans que l’on approche de très près. Solène était fière d’avoir trouvé « le plus petit volcan du monde », selon ses termes.

Un peu de route tout de même pour terminer la journée et remonter dans les montagnes pour retrouver un peu de fraîcheur. Il a fait très très chaud sur la lune aujourd’hui. Un recoin de vallée, une jolie prairie fleurie et une séance manucure demandée par les trois aventurières un peu princesses quand même. C’est qu’on va pouvoir remettre les sandales maintenant ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *