Prendre un bain de foule aux bains romains de Bath

Samedi 14 septembre 2019. J75. Devizes, Angleterre. École d’abord, c’est devenu notre rituel du matin. Ce n’est pas encore facile, nous cherchons encore la bonne posture, la bonne méthode. Nous nous énervons parfois mais gardons notre calme la plupart du temps. On ne sait pas vraiment si elles travaillent “assez”, si elles travaillent “bien”. Zou, du balai les doutes et les peurs. Nous pensons qu’il faut du temps à elles comme à nous pour rentrer dans ce mode d’apprentissage et pour s’y sentir bien. Après l’école le matin, l’après-midi c’est “world-schooling”.

Bath ou Aquae Sulis

Et la leçon c’est “la vie des romains installés en Angleterre”. En 47 après Jésus Christ, les romains ont fondé la ville d’Aquae Sulis, aujourd’hui Bath, sur un sanctuaire celte dédié à la déesse Sulis.

Sur ce lieu, coule la seule source thermale de Grande Bretagne. À leur arrivée, les romains ont identifié Sulis à leur déesse Minerve. A la place du sanctuaire celte, les romains construisent un immense complexe thermal avec piscines, caldarium, frigidarium, salles de soins,… Et à côté, un temple dédié à Sulis-Minerve.

À l’annonce de cette visite aux filles, elle frétillent de joie. Elles sont habituellement enthousiastes, mais là, je trouve ça louche. “Les Thermes de Bath, c’est un musée, on ne prend pas nos maillots de bain.” La joie tombe, elles ont bien cru qu’on allait se baigner aux thermes…

Le complexe thermal romain de Bath

L’ensemble fut utilisé pendant 400 ans et était très populaire. Les riches, les soldats, les vieux, les serviteurs et les esclaves, tous fréquentaient ces lieux assidûment. D’ailleurs,  lorsque nous y arrivons, nous y trouvons nous aussi un monde fou. On dirait que le lieux ne desemplit pas depuis 2000 ans. Nous sommes dans l’ambiance… En fait, la réalité n’est pas celle-là. Après 400 ans d’utilisation, le lieu est abandonné et la ville reconstruite par dessus. Les thermes de Bath ont été découverts à la fin du 19 ème siècle. Lorsque les archéologues mesurèrent l’importance du lieu, l’engouement fût total. Une fois les fouilles terminées, on fit aménager le musée et on rajoutât une terrasse de style romain, entouré de sculptures des principaux empereurs, pour permettre aux visiteurs d’apprécier le grand bassin vu du dessus. À l’origine, celui-ci était entièrement couvert d’un impressionnant toit de briques voûté. À la vue du bassin, à l’eau verte et opaque, Solène s’est exclamé : “Moi, je ne me baigne pas dedans !”

Malgré la foule, la visite fut réellement passionnante. Grâce notamment aux audio-guides qui nous ont fait plonger dans l’ambiance romaine. Les filles ont eu le droit à des explications adaptées pour les enfants, c’était parfait. Nous ressortons du musée tard… et affamés.

Les rues de Bath

En ville, l’ambiance est toujours aussi animée. L’architecture faite de hauts bâtiments aux murs de pierres taillées ocre pâle, et les rues bombées, continuent à faire vivre cette ambiance de forum romain.

Nous déambulons jusqu’à trouver notre bonheur : nous sommes samedi soir, une pâtisserie de spécialités locales brade ses invendus de la journée pour écouler ce qui lui reste avant la pause dominicale. 1£ la pâtisserie. “Bonjour, nous voudrions, heu… un de chaque !” Nous ressortons avec des chaussons chauds à la viande, au poireau, au fromage et aussi à la pomme et quelques viennoiseries pour le bec casanier des filles. Il est… 17h. Un banc au soleil, un troubadour, un goûter succulent.

Direction Stonehenge

À Bath, nous ne pouvons pas rester dormir. Le spot suivant au programme, Stonehenge. Une heure de route. Mais nous avons le ventre plein, alors c’est supportable. Nous y arrivons après le coucher du soleil mais le lieu est tout de même magique.

Ici, il est permis aux véhicules habitables de se stationner sur un chemin qui nous offre la vue sur le cromlech géant. Nous sommes à bonne distance, nous ne gachons pas pour autant l’environnement du monument. L’endroit est génial. Une photo, un repas rapide.


Nous couchons les enfants et réservons nos billets pour demain.

Rechercher d’autres articles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *