Sandwood Bay

Méritée Sandwood bay

Mercredi 31 juillet 2019. J31. Matinée départ en randonnée. Tout le monde s’active pour se préparer. Nous démarrons de bonne heure, à 9h, pour profiter de notre journée, faire la marche et avoir le temps de se baigner. 6,5 km pour rejoindre la plus belle plage d’Écosse, ça se mérite ! Le chemin est réputé pour être long et ennuyeux. Il n’y a presque pas de dénivelé. Alors nous hésitons à y aller en vélo. Nous démarrons à pied. Mais une centaine de mètres plus loin, en voyant ce grand et large chemin quasi plat, qui serpente dans le paysage jusqu’à l’horizon, nous décidons que finalement c’est faisable à vélo. Pierre va les chercher et nous redémarrons vers 10h.

Leçon de VTT

D’abord, un passage à gué au bord du lac, Lison cale et met un pied dans l’eau… Ça commence bien ! Ensuite, le chemin devient sableux. Là, tout le monde stoppe. Et râle. Ça devient compliqué. Une belle descente caillouteuse. C’est l’occasion d’apprendre à vraiment faire du VTT : debout sur les pédales et les fesses en arrière. Puis des grandes flaques. Puis plusieurs passages sur des rochers pour traverser des ruisseaux. À chaque fois, il faut descendre de vélo, pousser, porter. Puis passer carrément des marches faites de rochers. Pour moi, avec Solène dans le porte-bébé à l’arrière du vélo, c’en est trop. C’est amusant mais j’avance moins vite qu’à pied. Je pose mon engin sur le bas-côté et continue à pied. Capucine suit l’exemple maternel. Lison, elle, s’accroche. Elle ne veut pas abandonner et avec son papa, elle ira jusqu’au bout avec beaucoup de courage. 

La baie

C’est à la toute fin de cette randonnée que la plage de Sandwood Bay se dévoile sous notre regard. Comme annoncé, elle est incroyable. Et en plus le temps vient subitement de se dégager. Magique ! A droite un loch séparé de la mer par un cordon de dunes de sable blanc colonisées par le vert argenté du « marran grass », une herbe longue et touffue qui fixe le sable. Au nord de la baie, de douces falaises roses et érodées. Au sud, les falaises sont noires et abruptes. Et au sol, la mousse pousse sur le sable ??… Il est 12h30. Nous avons fait 6 km en 3h30… Vite, le pique nique ! Non, vite à l’eau ! Les filles n’ont pas les mêmes priorités que moi… 

Baignade, pique nique rapide, sieste pour les uns, cabane pour les autres. Nous profitons. Nous sommes presque seuls sur cette plage immense. Si nos performances sont aussi bonnes qu’au matin, il nous faut quitter notre paradis à 15h pour espérer être à l’Émile-Pat pour le dîner… Nous arriverons finalement à partir encouragés par des gros nuages menaçant. Les filles se souviennent de la balade sur la plage de Norfolk coast, et s’épargner un retour sous la pluie les motive. Heureusement. Grâce à cette menace naturelle, nous rentrerons bien plus rapidement mais non sans effort. 

En guise de récompense ce soir, nous regardons Harry Potter ! (Pour la toute première fois ! Il était temps !) Nous nous serrons tous les cinq dans notre capucine, mais nous tomberons de fatigue tous avant la fin…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *